Le vin dans la Grèce Antique

La Grèce découvre probablement la viticulture au cours des IVe et IIIe millénaires avant l’ère commune. Le viticulteur vendangeant des grappes bien mûres les laisse sécher au soleil pendant dix jours pour concentrer les sucres ; la technique est utilisée…

Le vin dans la Grèce Antique

Source

0
(0)

La Grèce découvre probablement la viticulture au cours des IVe et IIIe millénaires avant l’ère commune. Le viticulteur vendangeant des grappes bien mûres les laisse sécher au soleil pendant dix jours pour concentrer les sucres ; la technique est utilisée jusqu’à l’époque d’Hippocrate. Les grappes sont ensuite foulées dans des foulons portatifs puis pressées. Le moût est placé dans des “pithoi” sorte de jarres rendues étanches à la poix, semi-enterrées pour assurer une température stable, et laissées à fermenter pendant 10 à 30 jours. Les jarres sont ensuite bouchées jusqu’à la fin de l’hiver.
Le « thériclée » utilisé pour consommer le vin est un calice. Le vin est vinifié aussi bien en rouge qu’en rosé et en blanc. Les cépages employés sont très nombreux : Pramnos, Maronée, Phanaios de Chios, biblin de Phénicie, psithia, mersitis, On trouve toutes sortes de productions, des grands crus en provenance de Thasos, de Lesbos, Chios ou encore Rhodes au vin de table, et même une piquette légère.
Le vin doit être vendu pur. Vendre du vin coupé est une fraude contre laquelle les Géoponiques donnent des astuces : il suffit de jeter dans le vin un objet léger comme un morceau de pomme ou de poire, ou une cigale : si le vin est pur, l’objet flotte. Le vin est généralement consommé coupé d’eau : il semble en effet que son degré alcoolique ait été plus élevé que le vin actuel, il variait entre 13° et 15°, voire atteignait 17° pour les plus forts. Le vin est mélangé dans un cratère et puisé par les esclaves à l’aide d’œnochoés (cruches) pour être servi dans les kylix (coupes) des buveurs. Le vin peut également être aromatisé au miel, à la cannelle ou au thym. On connaît également le vin cuit et, à Thasos, un vin qualifié de « doux ». Certains vins sont salés, comme à Lesbos, en ajoutant de l’eau de mer ou en faisant tremper les grappes séchées au soleil dans de l’eau de mer ; Le vin pur peut être en revanche employé comme médicament.
Les vins réservés à un usage local sont stockés dans des outres de peau. Ceux destinés à la vente sont versés dans des pithoi (πίθοι / píthoi), grandes jarres en terre cuite. On les transvase ensuite dans des amphores enduites de poix, pour les vendre au détail. Les grands crus comportent des estampilles du producteur et/ou des magistrats de la cité afin de garantir leur origine (principe des appellations d’origine contemporaines).

0 / 5. 0

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *